La fraude, conséquence évidente d’une pression fiscale insupportable !

91

crombez

Trente milliards d’euros fraudés chaque année en Belgique. C’est ce qu’affirme le secrétaire d’État à la Lutte contre la Fraude, John Crombez (sp.a), dans un ouvrage publié mercredi (« Zwart en Wit »). Cela fait 30% des 100 milliards de recettes fiscales. Ou 30% d’impôts en moins si personne ne fraudait. Le problème, justement, c’est que c’est lié.

Les trois premiers commentaires qui figurent au bas de la dépêche publiée par nos confrères de La Libre Belgique résument bien le climat allergique à la taxation qui règne dans notre pays : « C’est autant de moins à dilapider par nos politiciens ! » « Si on pouvait bénéficier des 30% de diminution d’impôt sur nos revenus par exemple, cela ferait de notre pays le pays le moins taxé en Europe au lieu de la deuxième place égalité avec la France…. » Et le dernier, justifiant quasiment la fraude : « 2e place des pays les plus taxés, vous aurez compris. »

Pas de quoi faire un sondage. Néanmoins, les taux de taxation (surtout si on ajoute les cotisations sociales personnelles et, on l’oublie souvent, les cotisations sociales patronales qui constituent le coût du travail) très élevés expliquent partiellement non seulement les 30 milliards de fraude annuelle mais aussi les 80 milliards placés derrière les sapins.

Rappelons qu’au-dessus de 36.000 euros bruts par an, le taux d’imposition est de 50%.  La moitié de votre revenu marginal qui s’en va pour la collectivité dès que vous quittez le statut de simple employé, ce n’est pas anodin. Le jour de libération fiscale fixé mi-août… Des taux de TVA au plafond… Des droits de succession canons… Des impôts locaux en hausse… Un précompte immobilier décourageant… Sans compter les amendes de roulage, impôt déguisé. Pas étonnant que l’économie noire progresse (le black c’est l’évasion fiscale des gens modestes).

Enfin, récupérer la recette de 30 milliards d’euros que constitue la fraude reste une illusion : le Trésor peine à en récupérer un peu plus d’un milliard chaque année (au niveau des carrousels de TVA).

Dieu sait combien de fonctionnaires il faudrait engager pour faire beaucoup mieux.

Non : la meilleur manière de lutter contre la fraude fiscale reste d’instaurer un impôt non confiscatoire.

Commentaires